FERMER
Ma visite

Librairie - Boutique

Du mercredi au lundi, de 9h30 à 17h30, la librairie-boutique du musée Delacroix vous propose un ensemble de livres et d’articles, choisis pour vous par notre libraire. Au rythme de nos expositions et de nos actualités, venez apprécier notre grand choix de livres fréquemment renouvelé.

Retrouvez ici la boutique en ligne du musée

La sélection du moment 

Catalogue d’exposition : Une lutte moderne, de Delacroix à nos jours
Coéditions Le Passage / Éditions du musée du Louvre – 2018
Sous la direction de Dominique de Font Réaulx, musée national Eugène-Delacroix et Marie Monfort, DRAC Ile-de-France

Eugène Delacroix reçut en 1849 la commande des décors peints de la chapelle des Saints-Anges de l’église Saint-Sulpice. Cette œuvre monumentale, riche, sublime, qui l’occupa jusqu’en 1861, a pu être considérée, après son décès, comme son testament spirituel. La manière singulière avec laquelle Delacroix avait choisi de traiter les épisodes bibliques de la Lutte de Jacob avec l’ange, de Saint Michel terrassant le démon ou d’Héliodore chassé du Temple montrait combien l’artiste était demeuré fidèle à son art, réinventant un motif classique de la peinture – celui de la lutte –, puisant aux sources antiques, florentines, vénitiennes, flamandes, pour le transfigurer.

L’œuvre de Delacroix à Saint-Sulpice constitue, depuis son achèvement, le modèle indépassable, formellement et artistiquement, de la scène de la lutte. Le peintre lui donna en effet une transcendance nouvelle, celle du corps à corps de l’homme avec son destin, de l’artiste avec sa création. Il conçut là une lutte moderne qui fut constamment réintérogée par ses successeurs – Maurice Denis, Gustave Moreau, Marc Chagall et bien d’autres –, et qui, aujourd’hui encore, ne cesse de nous impressionner.

Alors qu’une récente restauration a permis de retrouver la beauté intacte de ces chefs-d’œuvre de la peinture, cet ouvrage est le premier consacré à l’histoire de leur conception et de leur réception.

Acheter en ligne

Catalogue d’exposition : Delacroix (musée du Louvre)
Sous la direction de Sébastien Allard et Côme Fabre
Coéditions Hazan / Éditions du musée du Louvre – 2018

Le musée du Louvre rend hommage à Delacroix, l’un des peintres français du XIXe siècle les plus connus au monde, au travers d’une exposition historique qui réunit près de deux cents œuvres de la main du maître. L’ensemble de sa carrière artistique, des grands coups d’éclat qui firent la célébrité du jeune artiste dans les années 1820 jusqu’à ses dernières compositions religieuses et ses paysages, sans oublier ses étonnantes compositions florales, ou encore sa période marocaine, se retrouve dans ce catalogue qui fait office de monographie inédite sur l’artiste.

Abondamment illustré, enrichi par les contributions des meilleurs historiens de l’art spécialistes du sujet, ce catalogue révèle la complexité d’un artiste à la fois en quête d’originalité et mû par le désir de s’inscrire dans la grande tradition des artistes flamands et vénitiens des XVIe et XVIIe siècles. Il dresse le portrait sensible d’un homme attachant, épris de gloire et acharné de travail, critique et cultivé, virtuose de l’écriture autant que de la peinture et du dessin, et dont la carrière, longue et foisonnante, continue aujourd’hui encore à nous questionner.

A retrouver à la librairie du musée

Les Dangers de la cour
D’Eugène Delacroix, sous la direction de Dominique de Font-Réaulx
Éditions Flammarion (2018)

Au fil de ces trois écrits, Eugène Delacroix, encore adolescent, met en scène de très jeunes gens, Victoria, Alfred et un jeune narrateur sans nom, tous trois orphelins, comme il l’était lui-même. Les embûches et injustices auxquelles les héros sont confrontés, la jalousie de leur entourage sont autant de reflets des sentiments de l’auteur.

Artiste majeur du XIXe siècle, Eugène Delacroix dit avoir hésité, jeune homme, entre la carrière de peintre et celle d’écrivain. Plume remarquable, dont les qualités d’expression étaient servies par une culture classique profonde, sensible à l’esprit des Lumières et au théâtre de Shakespeare, il possédait un sens aigu de la composition et de la narration. Ces deux nouvelles et cette pièce de théâtre, – dont les manuscrits sont conservés au musée national Eugène-Delacroix – permettent de découvrir un Delacroix à l’aube de sa vie d’adulte dont les écrits gardent la trace d’une naïveté et d’une liberté de l’ébauche, en correspondance avec son style pictural.

Acheter en ligne

Delacroix, peindre contre l’oubli
De Stephane Guégan
Éditions Flammarion (2018)

Le romantisme n’enjolive pas le monde, il le dévoile ou le réincarne à travers ses fictions, ses voyages et ses passions. Il dit le réel en saisissant l’imagination.
Delacroix (1798-1863) fut la flamme de ce romantisme-là, embrassant et embrasant les grands thèmes qui le définissent. La politique, l’ Orient, l’Éros, le sacré, Dante ou Shakespeare agissent, chez lui, d’une façon neuve, poétique, duelle, contagieuse.

Accompagné de 150 illustrations, le texte de Stéphane Guégan rend compte d’une vie et d’une carrière. Il explore surtout le fonctionnement d’une triple mémoire, affective, culturelle et républicaine, au cœur d’une aventure picturale qui glisse vers Manet, Cézanne, Gauguin et Picasso. Vers nous, en somme.

Acheter en ligne

Eugène Delacroix
De Patricia Crété
Éditions Quelle histoire (2018)

Un livre pour les enfants de 6 à 10 ans.

Tout le monde connait le fameux tableau La Liberté guidant le peuple. Mais qui saurait dire qui est son auteur ? Inspiré par les plus grands, Eugène Delacroix a su trouver sa place et s’imposer comme leader du romantisme en peinture ! Dans ce livre apprenez-en plus sur ce talentueux peintre français du XIXe siècle, souvent méconnu.

A retrouver à la librairie du musée

De maison d’artiste en maison d’artiste
De Bruno Fortuner
Éditions Magellan & cie (2014)

Tous, à un moment, nous font rêver, nous font vivre, nous transcendent.
Artistes, ils vivent avec nous.
Mais où demeurent-ils ?
Que ce soit la maison qu’ils habitent
Un lieu qu’ils ont habité le temps d’une représentation
Voir l’œuvre, par eux, habitée.
Peintres, écrivains, musiciens, poètes, architectes, paysagistes, tous laissent une odeur de leur passage.

Ce sont ces lieux que Bruno Fortuner aime à peindre, jusque dans les méandres des architectures de leurs âmes en posant sur l aquarelle, un texte qui prend des chemins de traverse,pour aller au plus près de ce qu’ ils ont fait résonner en lui.
40 évocations de ces artistes dans leurs maisons pour réveiller nos souvenirs, nos amours à jamais silencieuses, nos madeleines que l’on croyait perdues.

A retrouver à la librairie du musée