Musée National Eugène Delacroix
Accueil > Les collections > Œuvres sur papier > Macbeth consultant les sorcières

Macbeth consultant les sorcières

Eugène Delacroix (1798-1863)

© RMN / G. Blot

Eugène Delacroix
(1798-1863)

MD 1988-1
1825
Lithographie ; 5e état
Achat, 1988
Feuille : H. 0,530 ; L. 0,350 m
Trait carré : H. 0,320 m ; L. 0,257 m

Dix ans avant de réaliser la série sur Hamlet, Delacroix aborde ici pour la première fois un thème issu du théâtre de Shakespeare. Il s’agit de la première scène de l’acte IV de Macbeth où les trois sorcières, interrogées par Macbeth, vont faire surgir des esprits de leur chaudron. L’artiste, sans cesse à la recherche de nouveaux procédés techniques, utilise ici le grattoir pour donner les effets de lumière et l’illusion de la fumée.

 

Selon Philippe Burty, Delacroix considérait cette estampe comme l’une des plus réussies. A n’en pas douter, l’œuvre est tout à fait exceptionnelle, non seulement parce que l’artiste aborde pour la première fois en gravure un thème littéraire précis, mais aussi et surtout parce qu’il témoigne d’emblée d’une maîtrise technique remarquable.

Le sujet illustre la première scène de l’acte IV de Macbeth de Shakespeare : les trois sorcières vont faire surgir des esprits de leur chaudron, afin de renseigner Macbeth sur son avenir. L’atmosphère nocturne, fantastique, est rendue par un travail dit en contrepartie : dans un premier temps, Delacroix a recouvert sa feuille d’un noir intense, puis il a dégagé les figures et les objets avec un grattoir. Les sorcières sortent ainsi de l’obscurité et se mêlent à la fumée du chaudron comme si elles étaient elles-mêmes des apparitions. Macbeth, à l’opposé, se détache plus fermement sur le fond. Les griffures parfois très fines dont celui-ci est parcouru donnent ainsi l’illusion de la fumée et celle de la lumière émanant des braises incandescentes et du liquide bouillonnant dans le chaudron.

Delacroix n’avait jusque-là pratiquement jamais abordé Shakespeare. Une dizaine d’années plus tard, le poète anglais allait devenir une de ses sources d’inspiration privilégiées.

Documentation

Loys Delteil, Susan Strauber, Eugène Delacroix. The Graphic Work. A Catalogue Raisonné, San Francisco, 1997, p. 98.

Barthélémy Jobert, in Delacroix, le trait romantique, catalogue exposition Bibliothèque Nationale de France, 1998, p. 115, n°79.

Revenir en haut de page
Musée du Louvre
Crédits | Contacts | Société des amis | Répertoire des ventes | Correspondance de Delacroix | Jeux | Boutique