FERMER
arrow left notice
Henri Fantin-Latour

Etude pour l’Hommage à Delacroix

1963 - 1864
arrow right notice
zoom img

A l’instar des peintres de sa génération désignés par Edmond Duranty comme les représentants d’une Nouvelle Peinture, Henri Fantin-Latour voua, tout jeune peintre, une vive admiration à l’œuvre d’Eugène Delacroix. Quelques semaines seulement après le décès du peintre, le 13 août 1863, il s’émut du peu de célébrations que sa disparition avait suscitées. Il conçut très vite le projet d’un hommage à son aîné.

L’hommage des artistes

Aux obsèques de Delacroix le 17 août 1863, Fantin-Latour, s’était, comme Charles Baudelaire et Edouard Manet, indigné qu’aucun hommage officiel n’ait été rendu au grand peintre. Il voulut élever lui-même ce monument, par une toile manifeste, réunissant les tenants du mouvement moderne, artistes contestés rendant hommage à la mémoire de l’un des grands contestés de ce temps, selon le mot d’Edmond Duranty.

L’esquisse témoigne du premier projet, qui rassemble six artistes autour du buste de Delacroix couronné par l’un d’entre eux. Fantin s’est représenté, avec sa palette, en bas à droite. C’est en janvier 1864 qu’il décida de remplacer la statue par un portrait peint de Delacroix dérivé d’une photographie de Victor Laisné.

L’identité des personnages est ici difficile à préciser, sauf à les déduire de la première liste figurant sur un dessin préparatoire qui indique notamment les noms d’Alphonse Legros, James Abbott Whistler, Edouard Manet, Félix Bracquemond, Edmond Duranty. Charles Baudelaire, Champfleury et Albert de Balleroy figurent également dans l’œuvre finale, présentée au Salon de 1864 (aujourd’hui conservée au musée d’Orsay).

L’influence de Delacroix

La présence de cette esquisse dans les collections du musée Delacroix permet d’illustrer l’influence de l’œuvre de Delacroix sur ses contemporains et ses cadets, revendiquée par Fantin-Latour. Cet Hommage à Delacroix est devenu le paradigme pour les œuvres d’hommage. Ainsi, l’Hommage à Cézanne (1900, musée d’Orsay) de Maurice Denis s’y réfère, célébrant Delacroix comme le maître d’Aix. Denis fut, à la tête de la Société des Amis d’Eugène Delacroix, le fondateur du musée Delacroix, en 1929.

Bibliographie

  • Christophe Leribault (dir.), Fantin-Latour, Manet, Baudelaire, L’Hommage à Delacroix, Louvre éditions / Le Passage, 2012
  • Dominique de Font-Réaulx (dir.), Maurice Denis et Eugène Delacroix, de l’atelier au musée, catalogue d’exposition, Louvre éditions / Le Passage, 2017