Musée National Eugène Delacroix
Accueil > Un événement au Louvre, la Petite Galerie

Un événement au Louvre, la Petite Galerie

Le musée Delacroix à l’honneur

Etude pour Orphée apportant la civilisation aux peuples barbares et leur (...)
Etude pour Orphée apportant la civilisation aux peuples barbares et leur enseignant les art et la paix

© RMN-Grand Palais / Franck Raux

Premières salles dédiées à l’éducation artistique au Louvre, la Petite Galerie, à proximité de la pyramide, propose à tous, grands et petits, un lieu nouveau, propice à la découverte des œuvres, à la découverte du musée. Du 17 octobre au 4 juillet, la première exposition de la Petite Galerie s’articule autour « Mythes fondateurs, d’Hercule à Dark Vador ». Cette exposition revient sur les mythes et leur portée à travers le temps et vous propose un voyage exceptionnel, de la préhistoire à aujourd’hui.

Le choix des œuvres a été particulièrement soigné ; elles sont réparties en quatre sections. La première salle invite à découvrir les récits imaginés par différentes civilisations pour tenter d’expliquer la création du monde. Laissez-vous ensuite conter les cycles de la nature dans le monde grec, égyptien ou dans les civilisations de l’Islam. Partez à la rencontre des héros mythologiques, comme Gilgamesh, Orphée, Hercule ou Icare et observez comment les artistes de l’Antiquité ou de l’époque moderne les ont représentés. Enfin, interrogez-vous sur l’interprétation contemporaine des mythes et des métamorphoses : de Jean Cocteau à Star Wars, des mangas japonais à Fantômas, les mythologies de la culture populaire ne puisent-elles pas toujours dans le même répertoire d’histoires et de récits ? Par une médiation innovante, La Petite Galerie propose à chacun d’apprendre à regarder les chefs d’œuvre du Louvre et des autres musées. Grâce à des échantillons de matériaux, des cartels ludiques, des repères chronologiques et géographiques, elle facilite la rencontre avec les œuvres et offre une nouvelle expérience de visite du musée. Un livret de jeux et une application gratuite enrichie de commentaires audio-décrits et en LSF facilitent la visite de tous les publics. Des activités animées par des médiateurs offrent aux familles un accompagnement précieux, pour faire de la découverte de la Petite Galerie un moment de plaisir et d’émerveillement.

Le musée Delacroix est à l’honneur au sein de la Petite Galerie. La maquette du décor d’Orphée, seule maquette de décors du peintre à avoir été conservée, accueille les visiteurs. Ne manquez pas d’aller la découvrir et de venir et revenir au musée Delacroix ensuite. L’entrée y est gratuite avec votre billet du Louvre.

Commissaire : Dominique de Font-Réaulx, conservateur général et directrice du musée national Eugène-Delacroix.
Chef de projet : Frédérique Leseur, sous-directrice au développement des publics et à l’éducation artistique.

La maquette du décor d’Orphée par Eugène Delacroix

Eugène Delacroix (Saint-Maurice, 1798- Paris, 1863)
Orphée vient policer les Grecs encore sauvages et leur enseigner les arts et la paix
Maquette de l’hémicycle de la bibliothèque du palais Bourbon, 1843
Huile sur toile marouflée sur bois, 40 x 70 x 30 cm en forme de demi-dôme Paris,
Musée national Eugène-Delacroix, MD 2002-7

L’œuvre est une maquette, avec une forme en bois sur laquelle la toile peinte a été fixée  ; elle a été réalisée à petites dimensions pour rendre l’effet d’un décor plus grand, monumental, destiné à orner le plafond de la bibliothèque de l’Assemblée nationale à Paris. Œuvre rare, elle offre de rendre présent, et sensible, le travail de l’artiste, Eugène Delacroix, un des plus grands peintres français du XIXe siècle. La conception d’un décor mural, en effet, oblige à une préparation attentive, pour s’assurer de la bonne adéquation de la représentation à la taille et à la forme du mur, afin de mesurer ses effets, de juger de son rendu final. Cette maquette fut réalisée par Delacroix, peut-être pour montrer son travail à ceux qui l’avaient commandé, les députés français, peut-être pour lui-même, afin d’être sûr de ce qu’il souhaitait entreprendre.
Il avait choisi le sujet de son œuvre et arrêté avec soin la composition de sa représentation. En jouant de l’arrondi, il a construit un récit qui vient culminer avec la figure d’Orphée, le beau jeune homme musicien, au centre de la scène. Delacroix lie ici le choix d’un instant précis, celui où tous les bergers grecs s’arrêtent pour écouter la musique du poète, au déroulé du mythe, la scène semblant aller au-delà des bords de la maquette, comme si l’humanité entière, alors, venait accourir pour entendre le chant du fils des Muses.
Dédiée à la musique, qu’il considérait comme l’expression artistique primordiale, l’œuvre de Delacroix retentit d’un écho rythmé, chacun des groupes représentés formant comme un fil musical. Le peintre fabriquait lui-même ses couleurs et était très sensible aux effets colorés de ses toiles. Il a choisi ici, en lien avec la thématique d’ensemble - celle de la paix que fait naître la pratique des arts -, une tonalité à la fois claire et douce, où les bleus et les jaunes dominent. Le soleil, attribut d’Apollon, semble ainsi éclairer, d’une lumière égale et sereine, l’ensemble de la scène, rappelant qui fut Orphée. Au-dessus de lui, Delacroix a peint Cérès, déesse des moissons et de la fécondité, et Pallas – ou Minerve -, déesse de la paix. Il tint ainsi à mettre en exergue le rôle insigne de la création artistique, promesse de richesse, de paix et d’éternité.
Musique, poésie et peinture se répondent, dans une correspondance des arts chère à Delacroix comme à celui qui fut un de ses plus fervents admirateurs et un des plus grands poètes français, héritier d’Orphée, Charles Baudelaire. Orphée, premier des poètes et des musiciens, inspira de nombreuses œuvres, dont les très beaux Sonnets à Orphée de Rainer Maria Rilke, au tout début du XXe siècle.

Revenir en haut de page
Musée du Louvre
Crédits | Contacts | Société des amis | Réseaux sociaux | Correspondance de Delacroix | Boutique