Musée National Eugène Delacroix
Accueil > Picasso chez Delacroix

Picasso chez Delacroix

Des prêts exceptionnels du musée Picasso

Pablo Picasso, Étude pour « Les Femmes d'Alger », d'après Delacroix. (...)
Pablo Picasso, Étude pour « Les Femmes d’Alger », d’après Delacroix. Paris, 25 décembre 1954. Plume et encre de Chine sur papier d’écriture quadrillé, 21 x 27 cm. Paris, Musée national Picasso-Paris, dation en 1979, Inv. MP 1443

© Réunion des musées nationaux – Grand Palais (Musée national Picasso-Paris)/Thierry Le Mage © Succession Picasso 2015

Grâce aux prêts exceptionnels du musée Picasso à Paris, en lien avec la célébration du 30e anniversaire du musée, le musée Delacroix invite Pablo Picasso dans l’appartement de Delacroix. Picasso éprouva, très tôt, un vif intérêt pour les œuvres du grand artiste romantique. L’influence de Delacroix sur sa propre création est manifeste. Au cours de l’hiver 1954-1955, l’intérêt du génial peintre catalan trouva une expression singulière et renouvelée autour d’une des grandes œuvres de Delacroix, Les Femmes d’Alger dans leur appartement (Paris, musée du Louvre, département des Peintures). Liant la collection du musée Delacroix avec des œuvres dessinées et lithographiées de Picasso, cet accrochage exceptionnel rend hommage aux deux grands artistes, phares de la création picturale moderne.

-  Le 12 novembre à 18h30, conférence dans l’atelier
"Picasso en hommage à Delacroix" par Emilia Philippot,

Conservatrice des peintures (1895-1921) et chargée des arts graphiques au musée Picasso, Emilia Philippot revient sur les analogies entre le génie espagnol et le maître français, Delacroix ayant largement inspiré Picasso. Avec quinze toiles, précédées de nombreux dessins préparatoires, neuf gravures et deux lithographies, le cycle autour des Femmes d’Alger de Delacroix est le premier d’une telle ampleur dans la carrière de Picasso. Probablement déclenché par la mort récente de Matisse (3 novembre 1954), l’ami et le légataire des odalisques, la série a été exécutée en quelques semaines seulement, entre décembre 1954 et février 1955. Dans cette suite de variations, Picasso souligne la ressemblance de sa compagne Jacqueline avec la femme au narghilé et propose une relecture contemporaine de la peinture orientaliste. À travers la succession des études, on perçoit déjà la fluidité et la fertilité inhérente au processus créatif de l’artiste qui se dévoilera à l’écran au cours de l’été 1955 lors du tournage du Mystère Picasso d’Henri-Georges Clouzot"

Durée de la conférence : 1 heure

Revenir en haut de page
Musée du Louvre
Crédits | Contacts | Société des amis | Réseaux sociaux | Correspondance de Delacroix | Boutique