L’ensemble Tarenture interprétera le vendredi 1er octobre dans un concert de voix A capella des extraits d’Isaac Nathan, Edward Elgar, Hector Berlioz et Robert Schumann, en s’inspirant de l’œuvre du dramaturge Lord Byron.

Génie flamboyant, tout entier mû par le bouillonnement d’un tempérament qui ne supportait aucune entrave, Lord Byron marqua de son empreinte incandescente le Romantisme débutant. Il demeure l’un des poètes les plus illustres de la littérature de langue anglaise mais c’est par son aura sulfureuse d’anti-héros désabusé, révolté, orphelin de patrie et privé d’asile, qu’il enfièvrera l’imagination de toute une génération de jeunes artistes européens, aspirant eux-mêmes à une vie plus grande que nature.

Grand amoureux de Littérature, Delacroix trouva dans les écrits de Byron, ainsi que dans l’engagement inconditionnel de ce dernier aux côtés des Grecs dans la guerre d’Indépendance une importante source d’inspiration. Byron sera d’ailleurs emporté en 1824 par une fièvre maligne à Missolonghi. La même année, Delacroix fera sensation avec sa “Scène des massacres de Scio”. Des écrits de Byron, Delacroix retiendra le drame “Sardanapalus” (1821) pour créer son plus célèbre tableau « La Mort de Sardanapale », présenté en 1827, puis, dans une même veine orientaliste, c’est du sujet tragique du poème narratif “Le Giaour” (1813) qu’il s’inspirera pour créer les différentes version du tableau “Le Combat du Giaour et du Pacha”

L’Ensemble Tarentule a choisi de suivre la trame du poème “Sardanapalus” de Lord Byron et d’en éclairer les différents arcs narratifs par des extraits musicaux, dont le rapport avec Lord Byron et ses œuvres est direct. Des “Mélodies hébraïques” d’Isaac Nathan (1791-1864), dont Byron lui-même - déjà au sommet de sa gloire - fut le librettiste en 1815, au crépusculaire “Deep in my soul” d’Edward Elgar (1857-1934), en passant par le maudit Manfred de Robert Schumann (1810-1856), les mystères d’Hector Berlioz (1803-1869), ce programme mettra en lumière des compositions pour voix mixtes qui seront interprétées a cappella, dont la nature intime permettra de rendre toute sa puissance au vers
byronien.

Programme :

• Lecture d’extraits du drame “Sardanapalus” de Lord Byron

• Isaac Nathan (1791 – 1864) : Hebrew Melodies (sur des poèmes de Lord Byron) : “She walks in beauty” (1813) et “Thy days are done” (1815)

• Edward Elgar (1857 – 1934) : “Deep in my soul”, extrait de 4 Part Songs (1907) sur un poème de Lord Byron

• Hector Berlioz (1803 – 1869) :“Ô mon âme”, extrait de L’Enfance du Christ (1854)

• Robert Schumann (1810 – 1856) : “Klostergesang”, extrait de Manfred (1848-1849) sur un poème de Lord Byron

Interprètes :

- Marie CUBAYNES
- Cecil GALLOIS
- Xavier de LIGNEROLLES
- Jean-Bernard ARBEIT